Répondre aux besoins énergétiques d’une population mondiale en constante augmentation pour accompagner son développement économique et social relève d’une équation complexe :

  • Les ressources disponibles sont abondantes, mais elles sont soumises à des contraintes géologiques, géopolitiques et économiques.
  • Pour limiter le réchauffement climatique, l’optimisation du mix énergétique est un des leviers d’action envisagés par l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) pour infléchir la trajectoire des émissions de CO2 liées à l’énergie.

Chez Total, nous mettons tout en œuvre pour relever les défis du court terme tout en préparant ceux du futur pour proposer une énergie au meilleur coût, disponible et propre. Notre ambition à 20 ans : être la major de l’énergie responsable.

  • central_activity_ep_3_FR-BE

    Total explore et produit du pétrole et du gaz dans une cinquantaine de pays. En photo, Moho Nord au Congo.

  • central_activity_ep_4_fr_BE

    Les femmes et les hommes de Total innovent pour rendre le GNL encore plus accessible. Par exemple, les équipes développent en Côte d’Ivoire et au Pakistan un projet de terminal flottant de stockage et regazéification.

Suivant Prev

Mobiliser nos expertises dans le pétrole et le gaz

Selon l’AIE les hydrocarbures occuperont encore une place significative pour répondre aux besoins mondiaux et représenteront plus de 40% du mix d’énergie primaire en 2035 dans le scénario 2°C de l’AIE. Grâce aux projets que nous développons aux quatre coins de la planète, à nos savoir-faire et à notre capacité d’innovation, notre Groupe contribuera à fournir le pétrole et le gaz dont le monde a besoin. Toutefois, nous visons une baisse régulière de l’intensité carbone de notre mix énergétique en privilégiant les hydrocarbures les moins émetteurs de CO2.

Une partie des réserves pétrolières et gazières est située dans les grands fonds marins. Pour les développer, nos équipes d’exploration-production mobilisent une expertise acquise depuis plus de 30 ans par la mise en place d’infrastructures innovantes qui font aujourd’hui de notre Groupe un des premiers opérateurs en offshore profond dans le monde. Environ 40% de notre production opérée d’hydrocarbures est issue de l’offshore profond.
Parmi les réalisations les plus emblématiques de notre savoir-faire figurent les riser towers installés dès 2001 sur le projet Girassol en Angola, qui ont permis de développer le deep offshore, ou, l’année dernière, l’installation de têtes de puits sous-marines électriques en mer néerlandaise pour nous permettre d'aller encore plus loin dans le développement des champs marginaux.  
Cette expertise nous permet de relever de nouveaux défis technologiques : offshore très profond, petits gisements éloignés, ressources complexes à extraire, conditions climatiques extrêmes… tout en veillant à assurer la rentabilité de nos projets. 

Le gaz naturel est également un axe essentiel de notre développement. Le gaz représente aujourd’hui près de 50% du mix hydrocarbures de Total et nous nous sommes fixé comme objectif d’augmenter encore sa part dans notre mix hydrocarbures, notamment pour répondre à la demande en électricité. Le gaz émet en effet deux fois moins de CO2 que le charbon dans la production électrique sur l’ensemble du cycle de vie1.

Autre atout du gaz, la possibilité de le transporter liquéfié sur de longues distances : le GNL (gaz naturel liquéfié) permet l’internationalisation du marché, ouvrant des débouchés commerciaux à des ressources très éloignées des grandes zones de consommation et offrant plus de flexibilité dans la gestion des approvisionnements. Total est un des leaders mondiaux de la chaîne intégrée du GNL et notre expertise nous permet de participer à des projets complexes et compétitifs, tel Yamal LNG en Russie. Avec une entrée en service prévue fin 2017, il aura une capacité de production de 16,5 millions de tonnes de GNL par an.

Fournir une énergie responsable 

Fournir une énergie responsable signifie pour nous un respect absolu des meilleurs standards en matière de sécurité.
Par ailleurs, nous mettons tout mettre en œuvre pour diminuer l’impact environnemental de nos installations : 

  • Nous avons réduit le brûlage de routine de plus de 50% entre 2005 et 2015 sur les installations que nous opérons, comme nous l’avons fait sur le champ pétrolier d’Ofon 2 au Nigeria, sur lequel il a été totalement arrêté en décembre 2014. Nous entendons encore le diminuer de 80% sur la période 2010-2020 pour l'éliminer totalement d'ici à 2030. 
  • Nous investissons dans les technologies de captage, stockage et valorisation du CO2, qui nous semblent un levier efficace pour assurer la neutralité carbone. Nous allons donc y consacrer une part significative de notre budget R&D (jusqu’à 10%). 
  • Nous avons également pour objectif d’améliorer l’efficacité énergétique de nos installations, de 1% par an en moyenne entre 2010 et 2020. 

Enfin, nous veillons toujours à associer les pays-hôtes et leurs populations à nos activités, comme par exemple au Congo avec le programme Betosala. Cet accompagnement a permis à des PME congolaises de répondre à des appels d’offres dans le cadre du projet Moho Nord.

Engager notre Groupe dans le futur des énergies

Si les hydrocarbures sont au cœur de l’ambition de Total, nous sommes convaincus qu’il faut diversifier les énergies disponibles. Ainsi nous souhaitons développer les énergies renouvelables et intégrer de nouvelles activités contribuant à leur essor.

Nous sommes un acteur majeur de l’énergie solaire. Nous intervenons de la fabrication de cellules haute performance avec notre filiale SunPower à la conception de centrales clés en main comme celle de Solar Star aux Etats-Unis, la plus grande centrale solaire photovoltaïque au monde.

Pour répondre aux demandes des clients, nous souhaitons aller plus loin, en commercialisant des solutions solaires intégrées combinant énergie solaire, stockage et outils numériques d'optimisation pour l'électricité distribuée.  

Nous investissons également dans les bioénergies, afin de fournir des carburants et produits toujours plus respectueux de l’environnement.

 

1 Rapport CIRAIG : “GHG Emissions Related To The Life Cycle Of Natural Gas And Coal In Different Geographical Contexts ” – Juin 2016